07 49 19 21 49 redac@happy-mensuel.fr
Logo L'Happy mensuel

À Dives-sur-Mer, Jean-Luc nous a apporté sa radio

Il y a mille et une manières de vivre sa retraite, après une carrière bien remplie. Jean-Luc Grzeskowiak a opté pour le changement (de rythme, après avoir passé 38 années à Radio France) dans la continuité… À Dives-sur-Mer, tout le monde l’appelle Jean-Luc et tend à esquiver son patronyme, sans que je sache réellement pourquoi. Mais j’ai tout de même ma petite idée sur la question !

Il vient de lancer sa webradio Normandives. Par définition, qui dit Web dit Internet. Cela sous-entend que vous pourrez en profiter, dès lors que vous êtes équipé d’un ordinateur, d’une tablette numérique, ou d’un smartphone. Certes, les émissions qu’il diffuse ne sont pas encore filmées, mais c’est une étape supplémentaire qu’il n’exclut pas de franchir, à plus ou moins court terme.

Le 13 septembre dernier, Jean-Luc était face à un véritable dilemme : allait-il fêter, à sa façon, les 505 ans de la bataille de Marignan (qui a vu François Ier et ses alliés vénitiens défaire les mercenaires suisses qui défendaient le duché de Milan), ou allait-il plus prosaïquement lancer officiellement sa webradio. Pour notre plus grand plaisir, il a finalement retenu la deuxième option, et nous a consacré un peu de temps pour nous présenter son projet.

Normandives radio à Dives-sur-Mer_L'Happy mensuel
Web in Pays d'Auge_Création graphique_L'Happy mensuel

Ici Dives… les Divais parlent aux Divais

En préambule, Jean-Luc met en exergue le fait que « cette webradio est un projet intéressant, destiné à créer du lien, et dont la vocation première sera de sauvegarder le patrimoine local ». C’est l’une des attributions qu’il a associées à Normandives. 

Tout a démarré d’un constat que Jean-Luc a fait, en arrivant à Dives-sur-Mer, il y a deux ans. Cette commune qui, comme son nom ne l’indique pas, n’a pas d’ouverture sur la mer. De fait, elle prend ombrage entre deux stations balnéaires : Cabourg à l’Ouest, et Houlgate, à l’Est. Cela dit, Dives-sur-Mer nous gratifie d’une histoire patrimoniale hors du commun. Souvenez-vous de 1066. Guillaume le Conquérant part à l’assaut de l’Angleterre en appareillant avec sa flotte et ses compagnons, de Dives-sur-Mer, justement. Et quand on pense que, après cette invasion de Guillaume, l’Angleterre n’a jamais plus été envahie par l’ennemi, autant vous dire qu’il s’agissait là d’un exploit ! Beaucoup plus près de nous, la fermeture de l’usine Tréfimétaux, crée en 1891, puis fermée en 1986 avant d’être détruite en 1989 ; beaucoup pensent encore les plaies de cet épisode douloureux, omniprésent dans la mémoire des Divais les plus anciens. Tout le monde connait un ancien de Tréfimétaux, ou a appartenu à cette page de l’histoire de la ville. Et si vous êtes cruciverbiste, guettez le mot  « munitionnette ». Il s’agît de ces femmes valeureuses qui, lors de la première guerre mondiale, ont produit, à leur façon,  leur effort de guerre en fabricant des munitions en cuivre, à la place de leurs hommes partis au combat. 

La Webradio de Jean-Luc a pour première vocation de fédérer tous les témoignages possibles sur cette page de l’histoire récente. Au fur et à mesure que les anciens déchaussent leurs bottes, ou referle leurs parapluies, une fois pour toute, les souvenirs risquent de s’effilocher. Normandives aura à cœur d’accueillir à ses micros tous ses témoins de l’épopée Tréfimétaux, jusqu’à son issue fatale pour permettre à tout un chacun d’en partager ses souvenirs.

Une association qui crée du lien , stricto sensu

Christine Le Callonec, qui préside l’Association divaise Un fleuve pour la liberté, (axée sur la bataille de la Dives, de juin à septembre 1944 et le devoir de mémoire qui en découle) s’est, comme une évidence, rapprochée de Normandives. S’en suivront des témoignages et des documents sonores de l’époque d’un part et plus contemporains d’autre part. C’est une réelle aubaine pour permettre de faire perdurer la mémoire divaise.

Laurent, alias Doudou, qui est aux manettes du cinéma Art & Essai de Dives-sur-Mer a, quant à lui, flairé la bonne aubaine. Ainsi la programmation hebdomadaire du cinéma le Drakkar sera diffusée sur les ondes de Normandives, en même temps que le résumé des films à l’affiche. Et ce sont des jeunes qui, n’écoutant que leur courage qui leur en dit souvent beaucoup, colportent ces précieuses informations.

La médiathèque de Dives-sur-Mer, qui fonctionne en mode dynamique à tous les sens du terme a, de son côté, mobilisé très volontiers son personnel pour partager ses coups de cœur littéraires. Laissez-vous charmer par leurs chroniques, puis foncez à la médiathèque pour y emprunter les livres qui vous ont été présentés.

On voit par-là que Normandives est une sérieuse invitation faite aux jeunes – et moins jeunes – à se connecter. Les chroniques, d’une durée approximative de 5 minutes, sont diffusées à intervalles réguliers et à plusieurs reprises, selon une grille hebdomadaire préétablie pour que vous n’en perdiez pas une miette.

« La jeunesse est l’espoir des lendemains » (Sophia Sherine Hutt, Najoua)

Un dernier détail, et pas des moindres : Normandives enregistre ses chroniques, ou les diffuse en direct, à partir de l’Espace Jeunesse de Dives-sur-Mer. C’est une réelle incitation, pour les jeunes générations, à s’y coller… au micro, et à assurer la continuité de la transmission de ces pages de l’histoire divaise.

Entre deux chroniques, Normandives puisera dans ses ressources musicales pour diffuser à partir de sa playlist très fournie, des chansons des années ’70 à nos jours, et de la variété française que l’on a tous fredonnée un jour. Un cocorico qui ne peut vous faire que du bien.

Comment écouter Normandives ?

Rien de plus simple : tapez avec vos petites mimines « normandives radio » sur votre moteur de recherche préféré, (Qwant par exemple) et suivez le lien qui va bien vers Radioline par exemple.

Vous pouvez également écouter Normandives, faire part de vos commentaires et surtout manifester votre enthousiasme pour cette belle initiative, en publiant un pouce levé, à partir de leur page Facebook.

On se réjouit du fait que Jean-Luc nous ait apporté sa radio, finalement !

Publié en octobre 2020

Suivez-nous !

Nos derniers articles dans la même catégorie

Jetez-vous à l’eau avec Surf Rescue Normandy

Jetez-vous à l’eau avec Surf Rescue Normandy

Pour le plaisir ou la compétition, jetez-vous à l’eau avec Surf Rescue Normandy Arthur Herbinière est un homme qui aime aller de l’avant. Passionnément, mais prudemment. À la tête de l’association Surf Rescue Normandy, il fourmille d’idée et d’envie. Mais à chaque...

Il donne une seconde jeunesse aux plaques de cocher

Il donne une seconde jeunesse aux plaques de cocher

Nicolas Jamois donne une seconde jeunesse aux plaques de cocher Elles font parties de notre patrimoine, et pourtant elles passent presque inaperçues. Elles, ce sont les plaques de cocher. Généralement vissées sur le pignon de nos maisons de campagne, elles indiquaient...

L’Office de Tourisme de Cabourg déploie ses « elles »

L’Office de Tourisme de Cabourg déploie ses « elles »

L’Office de Tourisme de Cabourg déploie ses « elles » …La communauté de communes NCPA (Normandie Cabourg Pays d’Auge pour faire long) a fédéré ses forces vives : forte de 39 communes, elle gère 5 offices de tourisme qui offrent tous une qualité d’accueil...

Découvrez la Route du Cidre en vous amusant avec Pommette

Découvrez la Route du Cidre en vous amusant avec Pommette

Découvrez la Route du Cidre en vous amusant avec Pommette La Route du Cidre est un itinéraire touristique qui sillonne le Pays d’Auge entre les villages de Cambremer, Bonnebosq et Beuvron-en-Auge. Un décor pittoresque et typique de la Normandie où se côtoient...

À Dives-sur-Mer, le festival RéciDives s’affiche grandeur nature

À Dives-sur-Mer, le festival RéciDives s’affiche grandeur nature

À Dives-sur-Mer, le festival RéciDives s’affiche grandeur natureAu hasard d’une balade à Dives-sur-Mer, levez bien la tête. Vous pourriez être agréablement surpris par des créatures noires et blanches qui ornent des murs en centre-ville. On parle bien ici d’une balade...