07 49 19 21 49 redac@happy-mensuel.fr
Logo L'Happy mensuel

Édito : bref, c’était l’été 2020.

L'actu de l'été_L'Happy mensuel
Ba Di La Normandie_L'Happy mensuel

Voilà… la période des grandes vacances estivales touche à sa fin. Retour au bercail et reprise des p’tites habitudes pour tout le monde.

Des vacances 2020 aussi amères qu’à la mer. Sur la Côte Fleurie, elle a été littéralement prise d’assaut. Avec certaines journées des plages noires de monde. De Trouville à Cabourg, c’est tout juste si on voyait encore le sable.

Et que dire de la circulation ? Des visiteurs ont sans doute passé parfois plus de temps enfermés dans leur habitacle à contempler le bitume qu’à être allongés sur leur serviette pour écouter le bruit des vagues. Sans âme.

Et puis vient le moment du stationnement. Là ça se corse. Mais sans plastique. On est en Normandie quand même. Les noms d’oiseaux fusent entre automobilistes. Au point que les mouettes avaient du mal à s’entendre gueuler entre elles. Il faut bien avouer que trouver une place de parking relève d’un numéro d’équilibriste tant elles sont chères. Autant d’ailleurs que deux nectarines ou une boule de glace. Car là, quand il faut payer, ça pique. Comme les courses hippiques, qui ont pu avoir lieu malgré les restrictions sanitaires.

2020, c’est aussi la saison de toutes les incivilités. Un record ! Il nous en fallait bien un à défaut de briller aux JO de Tokyo annulés pour cause de virus. Un virus qui a permis, et pourtant sans lien apparent, de découvrir que les cyclistes et piétons méritaient plus d’attention. Les klaxons et odeur de gazoil ont donc été bannis de la plupart de nos cœurs de villes.

Cet été, Honfleur, Villers-sur-Mer, Deauville et Houlgate ont aussi accueilli le gratin politique. Bas de gamme, version LIDL, juste pommes de terre et gruyère, sans truffe. Tour à tour, Marlène Schiappa, Alain Griset et Adrien Taquet sont venus montrer la leur, pour réconforter les acteurs économiques, les forces de secours et de sécurité et s’assurer du respect des célèbres Planches de Deau… Non des gestes sanitaires, bien entendu. C’est la particularité de cette saison qui nous a offert un air de bal à Venise avec tous ces masqués dans les rues. Ohé, ohé ! Une façon inattendue et originale de nous distraire un peu faute de grands événements.

D’ailleurs, pour anticiper 2021, il se murmure qu’un Puy du Fou pourrait voir le jour sur le Mont-Canisy, à Bénerville. Les vacanciers ont quand même pu se divertir grâce à des animations à l’appel impérieux de faire bouger le territoire. Ici et là, expositions, concerts et fanfares de rues ont rythmé juillet et août.

Et oh pétard, même Pont-L’Évêque a joué les rebelles en tirant le seul feu d’artifice du Pays d’Auge pour la fête nationale. Villers-sur-Mer a aussi maintenu son festival Sable Show. Mais au stade de foot. Moins glamour que le bord de mer avec vue sur ses couchers de soleil. Manet a peint Le Déjeuner sur l’Herbe, Villers fait sa musique sur la pelouse.

Du côté de Lisieux, Sainte-Thérèse n’a pas fait de miracles pour attirer les touristes, surtout étrangers. Il va donc rester un stock de porte-clés et de tasses pour la saison prochaine. Décidément, cet été 2020 n’aura pas connu de précédent, surtout de sagesse. Même le festival du film américain de Deauville qui s’apprête à ouvrir sera particulier. Pas fautes de partenaires, mais faute de Ricains qui ne seront pas là. Clap de fin pour cette saison.

Vivement 2021, en espérant une année plus faste and furieuse.

Publié en septembre 2020

Suivez-nous !

Nos derniers articles dans la même catégorie

Édito : septembre, une rentrée pas comme les autres

Édito : septembre, une rentrée pas comme les autres

Édito : septembre, une rentrée pas comme les autres Le clap de fin a été officiellement mis sur la saison estivale, après un mois de septembre mi pommes, mi poires. Comprenez mi soleil, mi pluie. D’orages, d’optimisme, d’oppression, d’obstination. Bref, c’était un peu...

Édito : Laissez mon « franglais » tranquille !

Édito : Laissez mon « franglais » tranquille !

Édito : Laissez mon « franglais » tranquille ! « L’Happy ? Pfff, vous auriez pu trouver un nom français ! » Hé oui… mais non. Premièrement, parce qu’on fait ce qu’on veut ! Na ! Deuxièmement, parce que cette lutte obsessionnelle contre les anglicismes est une cause...

Édito : « Garçon ! Un café et l’addiction s’il vous plaît »

Édito : « Garçon ! Un café et l’addiction s’il vous plaît »

Sur les terrasses c’est désormais « Garçon ! Un café et l’addiction s'il vous plaît »Les écrans sont partout, tout le temps, et tout le monde (ou presque) en conviendra : ce n’est pas une bonne nouvelle. Selon une étude récente, 1 Français sur 3 est scotché à son...

Foire aux questions

Foire aux questions

Les créateurs de l'Happy mensuel vous disent tout ou presquePour ce premier édito de L’Happy mensuel, on a décidé de répondre aux questions que vous nous avez posées sur les réseaux sociaux, à celles que vous vous êtes certainement posé sans les écrire, et même aux...