07 49 19 21 49 redac@happy-mensuel.fr
Logo L'Happy mensuel

Ce jour-là…

31 janvier 1971 : l’hôpital de Lisieux est inauguré

Hôpital Robert Bisson Lisieux_L'Happy mensuel
Web in Pays d'Auge_Création graphique_L'Happy mensuel

L’hôpital sous sa forme actuelle a été inauguré le 31 janvier 1971 par quelqu’un qui laissera des traces dans l’actualité, peut-être malgré lui, le ministre Robert Boulin. Celui précisément de « l’affaire Boulin » qui défraya la chronique, mais c’est une autre histoire !

« Sous sa forme actuelle », car depuis le Moyen Âge et le premier Hôtel-Dieu implanté beaucoup plus bas, il y a eu plusieurs constructions. Il y eut même deux hôpitaux simultanément, celui du bas qui sera fermé vers 1840, et celui du haut dans le secteur où nous le connaissons. Sous sa précédente forme il s’appelait hôpital « Henri Chéron » du nom de l’ancien et célèbre maire de Lisieux, homme politique régional et national mort en 1936.

Sous sa version actuelle il occupe bien l’espace à un endroit très stratégique de la ville, au carrefour de l’ancienne Porte de Paris. Fort de 9 étages, même dans une ville reconstruite, cela ne passe pas inaperçu. En forçant le vocabulaire on pourrait dire qu’il est en contre-haut de la cathédrale (on y a d’ailleurs une vue superbe et étonnante de l’édifice religieux et de la ville). Sa forme en tripode est originale, même si elle ne puise de toute évidence pas ses racines dans le style augeron.

Il était aussi ambitieux à l’époque, apportant un ensemble assez complet de services destinés à satisfaire tout un espace géographique allant très au-delà de Lisieux. Et c’est ce qui se passe.

Il est intéressant de rappeler, face à la critique sur les dimensions, ce qu’écrivait à propos de l’hôpital de Lisieux, un des médecins qui y officia longtemps et qui peut laisser réfléchir : « comment parler de déshumanisation alors que les chambres de 40 ou 50 lits ont fait place à des chambres individuelles (pas tout à fait cependant !) au confort et au sanitaire exemplaires, alors que l’accueil rébarbatif d’autrefois est remplacé par le sourire de charmantes hôtesses ».

On le voit, l’hôpital, qui fut baptisé « Robert Bisson » du nom d’un autre maire de Lisieux, arrivait plein d’atouts et d’espérances. C’est bel et bien un marqueur de la ville et le lieu de tant de souvenirs, heureux ou malheureux, de toute une région !

Publié en janvier 2021

Suivez-nous !

Nos derniers articles dans la même catégorie

Deauville : du haut de ces belvédères, un siècle vous contemple

Deauville : du haut de ces belvédères, un siècle vous contemple

Deauville : du haut de ces belvédères, un siècle vous contemple Mais qu’est-ce donc que ces deux grandes tours entre les bassins du port de Deauville ? La question est bien légitime et doit en turlupiner plus d’un depuis quelques mois. Alors pour prendre soin de vos...

Madame Bovary est née entre Pont-l’Évêque et Honfleur…

Madame Bovary est née entre Pont-l’Évêque et Honfleur…

Madame Bovary est née entre Pont-l’Évêque et Honfleur… Le raccourci est certes un peu audacieux ; mais soyons plus explicite et lisons Gustave Flaubert lui-même. Il précise dans une de ses lettres « …en janvier 1844 … je suis tombé, comme frappé d’apoplexie, au fond...

Un lieu, une personnalité : Boulevard Fernand Moureaux à Trouville

Un lieu, une personnalité : Boulevard Fernand Moureaux à Trouville

Un lieu, une personnalité : Boulevard Fernand Moureaux à Trouville-sur-Mer Fernand Moureaux est né le 31 janvier 1863 et mort le 8 octobre 1956, à Paris. Le jeune homme hérite en 1885 de la distillerie familiale à Maison Alfort, alors au bord de la faillite. Pour...

Le 23 décembre 1953 : René Coty devient président de la République

Le 23 décembre 1953 : René Coty devient président de la République

Ce jour-là...23 décembre 1953 : Le Havrais René Coty devient président de la République française En 1953, Vincent Auriol, alors président de la République, annonce qu’il ne se représentera pas à l’issue de son septennat. C’est Joseph Laniel, originaire de Vimoutiers...