07 49 19 21 49 redac@happy-mensuel.fr
Logo L'Happy mensuel

Le cœur d’un ancien maire de Lisieux est enterré à deux pas de l’hôpital

Buste Henri Chéron Lisieux_© www.histoire-lisieux.blogspot.com_L'Happy mensuel
Web in Pays d'Auge_Création graphique_L'Happy mensuel

En étant un tant soit peu observateur dans l’environnement de l’hôpital de Lisieux, on aperçoit une stèle avec un buste, celui d’Henri Chéron, ancien et illustre maire de Lisieux. L’ancien hôpital portait d’ailleurs son nom. Celui inauguré en 1971 porte celui d’un autre ancien maire, Robert Bisson, une récurrence donc dans cette ville.

Et si l’observation vous porte plus près de cette stèle, vous y verrez, plus curieux, qu’elle renferme le cœur du sus nommé.

Une conclusion rapide pourrait amener à penser qu’Henri Chéron a voulu imiter une tradition suivie à un haut niveau de la hiérarchie, notamment par les rois de France. Que l’on pense par exemple au célèbre Roi d’Angleterre et Duc de Normandie, Richard, dont le corps repose à l’Abbaye de Fontevraud mais dont le cœur (de lion, bien sûr !) fut déposé dans la cathédrale de Rouen. Ou au bon Henri IV « principalement » inhumé dans la nécropole royale de Saint-Denis près de Paris mais dont le cœur fut remis à la chapelle Saint-Louis du Prytanée de La Flèche dans la Sarthe.

Et l’on pourrait multiplier les exemples.

Mais ce serait faire un mauvais procès à Henri Chéron que d’imaginer que sa dernière volonté eut été vaniteuse, quand on sait qu’il avait demandé un corbillard de 3e classe pour ses obsèques à Lisieux en 1936. Remarqué par Clémenceau, alors Président du Conseil, il commença sa carrière comme sous-secrétaire d’État au ministère de la Guerre pour rejoindre ensuite, entre autres, la Marine, l’Agriculture et le Budget. Il fut également député de Caen, président du Conseil Général du Calvados, et même éphémère président du Conseil par intérim… de quoi largement revendiquer des pompes funèbres de première classe. Henri Chéron a donc affronté la mort en totale humilité.

Enfin, il est plaisant de remarquer que dans un article de l’hebdomadaire « Les hommes du jour » et sous la plume de l’écrivain libertaire Victor Méric, Henri Chéron fut qualifié de « Gambetta de Normandie » ! Certainement pour comparer leurs talents d’orateurs, mais sait-on que le corps de Gambetta repose à Nice et que son cœur est au Panthéon ?

Publié en janvier 2021

Suivez-nous !

Nos derniers articles dans la même catégorie

Deauville : du haut de ces belvédères, un siècle vous contemple

Deauville : du haut de ces belvédères, un siècle vous contemple

Deauville : du haut de ces belvédères, un siècle vous contemple Mais qu’est-ce donc que ces deux grandes tours entre les bassins du port de Deauville ? La question est bien légitime et doit en turlupiner plus d’un depuis quelques mois. Alors pour prendre soin de vos...

Madame Bovary est née entre Pont-l’Évêque et Honfleur…

Madame Bovary est née entre Pont-l’Évêque et Honfleur…

Madame Bovary est née entre Pont-l’Évêque et Honfleur… Le raccourci est certes un peu audacieux ; mais soyons plus explicite et lisons Gustave Flaubert lui-même. Il précise dans une de ses lettres « …en janvier 1844 … je suis tombé, comme frappé d’apoplexie, au fond...

Le 31 janvier 1971 : l’hôpital de Lisieux est inauguré

Le 31 janvier 1971 : l’hôpital de Lisieux est inauguré

Ce jour-là...31 janvier 1971 : l’hôpital de Lisieux est inauguré L’hôpital sous sa forme actuelle a été inauguré le 31 janvier 1971 par quelqu’un qui laissera des traces dans l’actualité, peut-être malgré lui, le ministre Robert Boulin. Celui précisément de...

Un lieu, une personnalité : Boulevard Fernand Moureaux à Trouville

Un lieu, une personnalité : Boulevard Fernand Moureaux à Trouville

Un lieu, une personnalité : Boulevard Fernand Moureaux à Trouville-sur-Mer Fernand Moureaux est né le 31 janvier 1863 et mort le 8 octobre 1956, à Paris. Le jeune homme hérite en 1885 de la distillerie familiale à Maison Alfort, alors au bord de la faillite. Pour...

Le 23 décembre 1953 : René Coty devient président de la République

Le 23 décembre 1953 : René Coty devient président de la République

Ce jour-là...23 décembre 1953 : Le Havrais René Coty devient président de la République française En 1953, Vincent Auriol, alors président de la République, annonce qu’il ne se représentera pas à l’issue de son septennat. C’est Joseph Laniel, originaire de Vimoutiers...