06 58 47 39 38 redac@happy-mensuel.fr
Logo L'Happy mensuel

Le manoir du Bais, discret joyau de Cambremer

Pegasus Bridge_L'Happy mensuel
Ba Di La Normandie_L'Happy mensuel

Le lieu est comme sorti d’un conte de fées. À quelques kilomètres de Cambremer, au détour d’un virage, surgit le discret et pourtant majestueux manoir du Bais. Le bâtiment ne laisse pas indifférent le visiteur. Entre les pommiers et les chevaux, l’ensemble dégage au premier regard à la fois élégance et puissance. Impossible de franchir les douves sans passer par la poterne du XVIe siècle et ses quelques 12 mètres de haut. Cet édifice supportait originellement un pont-levis, disparu depuis (on voit encore les deux rainures dans lesquelles les bras du pont-levis venaient se loger en position fermée). Les murs en damiers alternent pierre et briques Saint-Jean afin d’allier l’esthétique au défensif. Les épis de faîtage et la superbe lucarne à pans de bois viennent coiffer le tout et apporter une touche finale à l’entrée du manoir. 

Pegasus Bridge_L'Happy mensuel

Le logis central a été remanié au cours des siècles en fonction des modes et de l’évolution du confort. Il est donc construit pour partie en pierre, pour partie en colombages. La façade principale est assez impressionnante, avec ses 12 ouvertures, dont certaines en trompe-l’œil pour préserver l’harmonie de l’architecture.

Clou du spectacle : le pigeonnier en colombages, contemporain de la poterne. Si sa vocation première était bien évidemment d’abriter des pigeons, symbole de pouvoir et de richesse, il a été transformé au XVIIIe siècle en pavillon et pour l’occasion percé d’ouvertures. Sa forme octogonale, ses 8 lucarnes et son lanternon lui donnent une allure peu commune en comparaison aux autres exemples de colombiers du Pays d’Auge.

Le manoir du Bais est bien entendu inscrit à l’inventaire des monuments historiques, mais il n’en demeure pas moins privé et l’actuel propriétaire, M. de Monts, entreprend petit à petit la restauration du manoir et de ses dépendances. Grâce au dévouement de ce passionné, le lieu bénéficie d’une restauration exemplaire qui, petit à petit, lui permet de retrouver son éclat d’antan.

Le manoir du Bais n’est pas accessible au public, mais vous pouvez l’observer depuis la RD 85A qui le surplombe.

Pegasus Bridge_L'Happy mensuel

Publié en août 2020

Suivez-nous !

Nos derniers articles dans la même catégorie

Le Havre en images colorisées à la fin du XIXe siècle

Le Havre en images colorisées à la fin du XIXe siècle

Le Havre en images colorisées à la fin du XIXe siècleEn 1905, Detroit Publishing Co publie des images colorisées de plusieurs villes françaises, dont Le Havre. Ces images ont été rachetées par la Bibliothèque du Congrès américain en 1985 et sont aujourd'hui...

Quel est le lien entre Napoléon III, Goering et le Pays d’Auge ?

Quel est le lien entre Napoléon III, Goering et le Pays d’Auge ?

Quel est le lien entre Napoléon III, Goering et le Pays d’Auge ?Le 3 aout 1858 le train de Napoléon III entre en gare de Lisieux, il est environ 16h. Il vient de Paris, ralentira seulement à Conches, Beaumont le Roger, Bernay, Saint-Mards-de-Fresne près d’Orbec. Mais...

Le 29 mars 1967 : lancement du sous-marin Le Redoutable

Le 29 mars 1967 : lancement du sous-marin Le Redoutable

Ce jour-là...29 mars 1967 : lancement du sous-marin Le RedoutableCe jour-là, à Cherbourg, le président de la République Charles de Gaulle assiste au lancement du nouveau fleuron de la marine nationale : le sous-marin nucléaire lanceur d’engins Le Redoutable. Il aura...

Rouen en images colorisées à la fin du XIXe siècle

Rouen en images colorisées à la fin du XIXe siècle

Rouen en images colorisées à la fin du XIXe siècleEn 1905, Detroit Publishing Co publie des images colorisées de plusieurs villes françaises, dont Rouen. Ces images ont été rachetées par la Bibliothèque du Congrès américain en 1985 et sont aujourd'hui disponibles en...

Le 11 février 1931 : Merville devient Merville-Franceville-Plage

Le 11 février 1931 : Merville devient Merville-Franceville-Plage

Ce jour-là...11 février 1931 : Merville devient Merville-Franceville-PlageDrôle de nom que celui de la plus occidentale des stations balnéaires de la Côte Fleurie. Pour elle, tout commence en 1898, soit près de 50 ans après la création des autres stations du littoral...