07 49 19 21 49 redac@happy-mensuel.fr
Logo L'Happy mensuel

Les racines honfleuraises de « L’Hôtel du Nord » de Marcel Carné

Hôtel Le Cheval Blanc à Honfleur_© www.hotel-honfleur.com_L'Happy mensuel
Web in Pays d'Auge_Création graphique_L'Happy mensuel

L’authentique Hôtel du Nord est bien à Paris, quai de Jemmapes, près du canal Saint Martin. Il a donné son nom au roman écrit par Eugène Dabit dont les parents tenaient les lieux entre les deux guerres.

Marcel Carné s’en inspirera pour son célèbre film sorti en 1938 et confiera le scénario à Henri Jeanson et Jean Aurench. Mais c’est Henri Jeanson qui retient bien sûr notre attention puisqu’il fréquenta Honfleur assidument avant de s’y installer à demeure.

Mort en 1970, il est enterré modestement dans le cimetière d’Equemauville. Il sera de ceux qui donneront au port de l’estuaire sa notoriété grâce aux célébrités qu’il fréquentait dans le domaine des arts. Honfleur ne l’oubliera pas en donnant le nom de Henri Jeanson à la salle de cinéma de la ville.

En dehors de la Ferme Saint-Siméon, Henri Jeanson s’installait aussi à l’hôtel du Cheval Blanc. La légende veut que c’est dans une des chambres de cet hôtel qu’il écrivit la célèbre réplique d’Arletty à Louis Jouvet « atmosphère, atmosphère, est-ce que j’ai une gueule d’atmosphère… ». On a encore le timbre gouailleur de la comédienne dans les oreilles qui donna toute sa saveur à ces simples mots, et leur notoriété, puisque systématiquement ils sont associés au film.

Le cinéaste Bertrand Tavernier jettera un peu de confusion au mythe puisqu’il aurait affirmé que Jean Aurenche avait la paternité de la formule en réponse à l’accusation que les scénarios de ses films manquaient… d’atmosphère. Pourtant, Arletty aurait affirmé que c’est bien Henry Jeanson qui a eu cette « véritable trouvaille de poète ».

Il nous plait de nous en tenir là et de voir d’un œil nostalgique la grande façade blanche de l’hôtel le Cheval blanc, à la sortie du vieux bassin.

Notons au passage que l’hôtel du Cheval Blanc puise ses racines profondes dans la formidable aventure des relais de Poste. Le Pays d’Auge en compte quelques-uns, de Pont-l’Evêque à Orbec et de Dives-sur-Mer à Crèvecœur-en-Auge. À leur extinction vers 1850, concurrencés par le chemin de fer, on en comptait plus de 2 500 sur toute la France. Mais c’est une autre histoire…

Publié en février 2021

Suivez-nous !

Nos derniers articles dans la même catégorie

Le Havre en images colorisées à la fin du XIXe siècle

Le Havre en images colorisées à la fin du XIXe siècle

Le Havre en images colorisées à la fin du XIXe siècleEn 1905, Detroit Publishing Co publie des images colorisées de plusieurs villes françaises, dont Le Havre. Ces images ont été rachetées par la Bibliothèque du Congrès américain en 1985 et sont aujourd'hui...

Quel est le lien entre Napoléon III, Goering et le Pays d’Auge ?

Quel est le lien entre Napoléon III, Goering et le Pays d’Auge ?

Quel est le lien entre Napoléon III, Goering et le Pays d’Auge ?Le 3 aout 1858 le train de Napoléon III entre en gare de Lisieux, il est environ 16h. Il vient de Paris, ralentira seulement à Conches, Beaumont le Roger, Bernay, Saint-Mards-de-Fresne près d’Orbec. Mais...

Le 29 mars 1967 : lancement du sous-marin Le Redoutable

Le 29 mars 1967 : lancement du sous-marin Le Redoutable

Ce jour-là...29 mars 1967 : lancement du sous-marin Le RedoutableCe jour-là, à Cherbourg, le président de la République Charles de Gaulle assiste au lancement du nouveau fleuron de la marine nationale : le sous-marin nucléaire lanceur d’engins Le Redoutable. Il aura...

Rouen en images colorisées à la fin du XIXe siècle

Rouen en images colorisées à la fin du XIXe siècle

Rouen en images colorisées à la fin du XIXe siècleEn 1905, Detroit Publishing Co publie des images colorisées de plusieurs villes françaises, dont Rouen. Ces images ont été rachetées par la Bibliothèque du Congrès américain en 1985 et sont aujourd'hui disponibles en...

Le 11 février 1931 : Merville devient Merville-Franceville-Plage

Le 11 février 1931 : Merville devient Merville-Franceville-Plage

Ce jour-là...11 février 1931 : Merville devient Merville-Franceville-PlageDrôle de nom que celui de la plus occidentale des stations balnéaires de la Côte Fleurie. Pour elle, tout commence en 1898, soit près de 50 ans après la création des autres stations du littoral...