07 49 19 21 49 redac@happy-mensuel.fr
Logo L'Happy mensuel

Quel est donc le rapport entre Roland Garros et Houlgate ?

Roland Garros Houlgate_L'Happy mensuel
Web in Pays d'Auge_Création graphique_L'Happy mensuel

Qui était vraiment Roland Garros avant que son nom ne soit donné, en 1927, à ce stade de tennis mythique, Porte Molitor, à l’orée de Paris, ou donné à une voiture plutôt haut de gamme compte-tenu de son degré de finition ? L’Happy mensuel a mené son enquête.

C’est auprès de Guylaine Ernoult-Leloutre, animatrice du patrimoine au sein de l’office de Tourisme de Houlgate et que je remercie, que j’ai recueilli de précieuses informations.

Lançons la machine à remonter le temps …

… et téléportons-nous à la toute fin du XIXe siècle. Roland Garros est né le 6 octobre 1888 à Saint-Denis de La Réunion, et mort dans un combat aérien le 5 octobre 1918, à la veille de son trentième anniversaire. Il était aviateur, et un brillant officier de l’aviation militaire.

Faisant, peut-être de la phrase « aller plus haut » son credo, Roland Garros enchaine les records d’altitude : 3 950 mètres, en s’élançant de la plage de Cancale, le 4 septembre 1911; 4 960 mètres, à Houlgate, le 6 septembre 1912 ; et 5 610 mètres, à Tunis, le 11 décembre 1912. Rien que ça.

Revenons sur l’exploit qu’a réalisé Roland Garros, sur la plage de Houlgate. Il mérite bien que l’on s’y attarde. Il a donc atteint l’altitude de 4 960 mètres, à bord d’un Blériot XI-80. Un exemplaire unique, réalisé en sapin histoire d’en diminue le poids par rapport au modèle original qui était réalisé en frêne.

À cette époque, Roland Garros était en villégiature chez son ami, également aviateur de son état, Emile Dubonnet. Ce dernier était l’héritier de Joseph Dubonnet, créateur en 1846 du célèbre vermouth blanc ou rouge auquel il a donné son nom, et que l’on se doit de consommer avec modération.

Imaginez-la scène : depuis la terrasse de la villa Les Mouettes, grande comme un mouchoir de poche, et à l’aide d’un tremplin construit à cet effet, Roland et Emile déposent le Blériot XI-80 sur la plage. N’écoutant que son courage, dont il fallait une sacrée dose pour mener à bien de tels exploit, Roland Garros décolle de la plage de Houlgate et établi donc son record : 16 273 pieds !

C’est bien connu, les records sont faits pour être battus. Ce record du monde qu’il a établi le 6 septembre 1912 à Houlgate n’a tenu que 15 jours, avant d’être amélioré par un autre pionnier de l’aviation. Ils étaient légion à cette époque.

Je serais prêt à parier que nos deux aviateurs, Roland et Emile, sur un nuage, ont trinqué pour fêter cet exploit, un verre de Dubonnet à la main. Le contraire eut été tout simplement étonnant !

Roland Garros Houlgate_©Office de tourisme de Houlgate - M. Bertaud_L'Happy mensuel

108 ans plus tard, sur les traces de Roland Garros à Houlgate

Vous pouvez marcher sur les traces de Roland Garros, en levant les yeux au ciel et en vous disant « alors c’était là ! ». De fait, cet intrépide aviateur a donné son nom à la promenade qui longe la plage, et qui permet d’admirer la villa Les Mouettes, entre autres chefs-d’œuvre architecturaux de « la belle époque ».

Pour être tout à fait complet sur les exploits aériens réalisés par Roland Garros, sachez qu’il est le tout premier aviateur à avoir relié entre eux deux continents : l’Europe à l’Afrique en l’occurrence.

Après avoir décollé le 23 septembre 1913 au petit-matin, de la base d’aviation navale de Fréjus-Saint Raphaël dans le Var, il s’est posé 7 heures et 53 minutes plus tard à Bizerte, en Tunisie. Un exploit de plus à inscrire au palmarès de ce célèbre aviateur, et réalisé cette fois aux commandes d’un monoplan Morane-Saulnier muni d’un moteur Gnome de 60 CV dans lequel il avait embarqué 200 litres d’essence et 60 litres d’huile de ricin. À l’atterrissage, il ne lui restait que 5 litres de carburant. L’interjection « ouf ! » prend ici tout son sens.

Gageons que désormais, le nom de Roland Garros évoquera pour vous autre chose que ce jeu articulé autour de petites balles de 57 grammes, initialement blanches, voire noires, rapport à leur composition en laine, et devenues jaunes fluo en 1972, simplement pour être plus visibles sur nos écrans de télévision… Jeu, set et match.

Publié en octobre 2020

Suivez-nous !

Nos derniers articles dans la même catégorie

Deauville : du haut de ces belvédères, un siècle vous contemple

Deauville : du haut de ces belvédères, un siècle vous contemple

Deauville : du haut de ces belvédères, un siècle vous contemple Mais qu’est-ce donc que ces deux grandes tours entre les bassins du port de Deauville ? La question est bien légitime et doit en turlupiner plus d’un depuis quelques mois. Alors pour prendre soin de vos...

Madame Bovary est née entre Pont-l’Évêque et Honfleur…

Madame Bovary est née entre Pont-l’Évêque et Honfleur…

Madame Bovary est née entre Pont-l’Évêque et Honfleur… Le raccourci est certes un peu audacieux ; mais soyons plus explicite et lisons Gustave Flaubert lui-même. Il précise dans une de ses lettres « …en janvier 1844 … je suis tombé, comme frappé d’apoplexie, au fond...

Le 31 janvier 1971 : l’hôpital de Lisieux est inauguré

Le 31 janvier 1971 : l’hôpital de Lisieux est inauguré

Ce jour-là...31 janvier 1971 : l’hôpital de Lisieux est inauguré L’hôpital sous sa forme actuelle a été inauguré le 31 janvier 1971 par quelqu’un qui laissera des traces dans l’actualité, peut-être malgré lui, le ministre Robert Boulin. Celui précisément de...

Un lieu, une personnalité : Boulevard Fernand Moureaux à Trouville

Un lieu, une personnalité : Boulevard Fernand Moureaux à Trouville

Un lieu, une personnalité : Boulevard Fernand Moureaux à Trouville-sur-Mer Fernand Moureaux est né le 31 janvier 1863 et mort le 8 octobre 1956, à Paris. Le jeune homme hérite en 1885 de la distillerie familiale à Maison Alfort, alors au bord de la faillite. Pour...

Le 23 décembre 1953 : René Coty devient président de la République

Le 23 décembre 1953 : René Coty devient président de la République

Ce jour-là...23 décembre 1953 : Le Havrais René Coty devient président de la République française En 1953, Vincent Auriol, alors président de la République, annonce qu’il ne se représentera pas à l’issue de son septennat. C’est Joseph Laniel, originaire de Vimoutiers...