06 58 47 39 38 redac@happy-mensuel.fr
Logo L'Happy mensuel

Quel est le lien entre Napoléon III, Goering et le Pays d’Auge ?

Napoléon III et Goering_L'Happy mensuel
Web in Pays d'Auge_Création graphique_L'Happy mensuel

Le 3 aout 1858 le train de Napoléon III entre en gare de Lisieux, il est environ 16h. Il vient de Paris, ralentira seulement à Conches, Beaumont le Roger, Bernay, Saint-Mards-de-Fresne près d’Orbec. Mais il fera une étape à Lisieux, certes brève, environ 1 heure avant de repartir vers Caen et surtout Cherbourg où l’Empereur rencontrera la reine Victoria.

Le train impérial est complet. Outre l’Impératrice, il y a tout un aéropage de dignitaires, militaires pour sa sécurité, et civils. La gare de Lisieux est spécialement décorée pour l’occasion et on y a aménagé un salon. Y seront reçus les élus, notables de la ville et des environs. Réception en fanfare avec jeunes filles de service pour l’offrande des fleurs.

Napoléon III aura l’habitude de voyager ainsi grâce à plusieurs trains spéciaux mis à sa disposition par les Compagnies de Chemins de Fer qui se partagent le territoire. Chaque train semble organisé de la même façon : 8 wagons, dont l’un pour la chambre à coucher, le suivant pour y tenir salon, un autre doté d’une salle à manger, un suivant pour les aides de camp, un autre avec une plateforme où les personnes impériales vont saluer la foule et se faire voir quand le train est judicieusement au ralenti, comme il l’a été à plusieurs reprises avant Lisieux.

Il s’agit donc d’un train d’apparat destiné à voyager mais aussi à bien organiser la communication du pouvoir. La population de Lisieux a pu à loisir (surveillé) admirer cet ensemble raffiné et confortable.

Apres la chute du régime, les trains de l’Empereur auraient été cédés au Tsar de Russie et au Sultan de Turquie. Néanmoins on peut voir le wagon numéro 6, celui des aides de camp à la Cité du Train à Mulhouse.

Sans transition, voici un autre train, bien spécial, qui a séjourné dans notre région.

Durant la Seconde Guerre mondiale, Goering s’invitait où bon lui semblait et c’est ce qu’il fit au château de Saint-André-d’Hébertot, près de Pont-l’Evêque. La chose nous est rapportée par l’historien local Pierre-Jean Pénault dont la rigueur ne peut pas nous faire douter de ce qu’il a écrit. La propriété a l’avantage d’être à proximité d’une voie de chemin de fer (aujourd’hui transformée en voie verte) et dotée à cet endroit précis d’un long tunnel. Son train, le « Pommern » avait l’habitude de ce genre de situation puisqu’il était, en France, souvent remisé dans un autre tunnel, dans l’Oise, à Coudray-sur-Thelle. Détail utile pour sécuriser et rendre invisible de l’aviation le train du Maréchal. Plusieurs hauts gradés nazis avaient leur train spécial, en premier lieu Hitler, qui avait plaisamment dénommé le sien, l’Amerika ! On sait par ailleurs que Goering avait une prédilection pour les trains… miniatures et il s’était fait aménager un immense circuit privé, pour se distraire. À Saint-André-d’Hébertot, le train était bien grandeur nature et doté de tout le confort pour accueillir le dignitaire et sa suite.

On a bien compris que l’objet du séjour du Maréchal était bien privé et la population bien tenue à l’écart. Ce qu’il l’a autorisé à un certain relâchement dans sa tenue, un peu excentrique tenant en un costume rose affublé d’un large jabot en dentelle. On l’a vu ainsi dans les jardins du château, en galante compagnie de jeunes assistantes. Visions décalées quand on garde le souvenir de l’individu sur le ban des accusés au procès de Nuremberg.

Publié en mars 2021

Suivez-nous !

Nos derniers articles dans la même catégorie

Le Havre en images colorisées à la fin du XIXe siècle

Le Havre en images colorisées à la fin du XIXe siècle

Le Havre en images colorisées à la fin du XIXe siècleEn 1905, Detroit Publishing Co publie des images colorisées de plusieurs villes françaises, dont Le Havre. Ces images ont été rachetées par la Bibliothèque du Congrès américain en 1985 et sont aujourd'hui...

Le 29 mars 1967 : lancement du sous-marin Le Redoutable

Le 29 mars 1967 : lancement du sous-marin Le Redoutable

Ce jour-là...29 mars 1967 : lancement du sous-marin Le RedoutableCe jour-là, à Cherbourg, le président de la République Charles de Gaulle assiste au lancement du nouveau fleuron de la marine nationale : le sous-marin nucléaire lanceur d’engins Le Redoutable. Il aura...

Rouen en images colorisées à la fin du XIXe siècle

Rouen en images colorisées à la fin du XIXe siècle

Rouen en images colorisées à la fin du XIXe siècleEn 1905, Detroit Publishing Co publie des images colorisées de plusieurs villes françaises, dont Rouen. Ces images ont été rachetées par la Bibliothèque du Congrès américain en 1985 et sont aujourd'hui disponibles en...

Le 11 février 1931 : Merville devient Merville-Franceville-Plage

Le 11 février 1931 : Merville devient Merville-Franceville-Plage

Ce jour-là...11 février 1931 : Merville devient Merville-Franceville-PlageDrôle de nom que celui de la plus occidentale des stations balnéaires de la Côte Fleurie. Pour elle, tout commence en 1898, soit près de 50 ans après la création des autres stations du littoral...

Un film, un souvenir du Pays d’Auge : « Le diable au cœur », 1928

Un film, un souvenir du Pays d’Auge : « Le diable au cœur », 1928

Un film, un souvenir du Pays d’Auge...« Le diable au cœur », Marcel L’Herbier, 1928Sur l'extrait ci-dessus on reconnait l’alignement des maisons du vieux bassin et les marches en contrebas de la lieutenance. Le film a été réalisé par Marcel L’Herbier dont c’était un...